Combien vaut 1 point au classement?



Un ami comptable m'a déjà dit que la beauté des chiffres, c'est qu'ils n'ont pas de sentiments.

Ils témoignent.

C'est tout.

Rationnellement.

Calmement. La divulgation annuelle des salaires par l'association des joueurs de la MLS au cours des derniers jours a comme d'habitude été suivie par l'examen des salaires individuels et de l'éternel jeu des comparaisons... "Untel gagne plus que l'autre pis as tu vu le salaire de lui... même pas 2 buts l'année passée.."

C'est humain. Après tout...On aimerait ça nous aussi gagner 5 000 $ par semaine pour aller jouer au ballon en culotte courte. Mais la réelle équation émanant de cette publication est qu'elle témoigne de l'argent que dépense chaque club en salaire et dans une ligue qui pratique ouvertement l'omerta en matière de divulgation de chiffres, l'unité de mesure qu'elle nous procure est précieuse. Désormais, comme mon ami comptable, nous pouvons rationnellement et calmement déterminer combien dépense chaque équipe par point de classement. Bien qu'incomplète, cette seule analyse témoignera du retour sur l'investissement des clubs et pourra, au final, servir de grille d'évaluation au travail des directeurs sportifs. CF Montréal ?

12 315 605 $ en salaires garantis... Oui oui, je sais...Carey Price gagne à lui seul 10 500 000 $ par année, mais dans l'univers de la MLS, 12 315 605 $ en 2021 ça représente le 11e plus gros montant sur les 27 clubs et après la 5e semaine d'activité, le club est 10e au classement général. C'est excellent et ça vient valider la confiance que porte les partisans et le monde du foot en général à l'endroit d'Olivier Renard. L'argent est bien dépensé. Si votre verre est toujours à moitié vide, je vous entends déjà me dire que Seattle (1e), la Nouvelle-Angleterre (3e) et le Colorado (5e) dépensent tous moins que le CF Montréal pour de meilleurs résultats. Tant mieux pour eux. Mais Toronto est 25e au classement avec la 2e plus grosse masse salariale de la ligue, Chicago 26e avec la 7e plus grosse facture en salaire pendant que Cincinnati est bon dernier même s'ils possèdent la 5e plus grosse masse salariale de la ligue. Il est encore tôt. On s'en reparlera en juillet puis à la fin de la saison. Même si aucune unité de mesure n'est parfaite, celle-ci donne selon moi un regard parfaitement objectif sur le rendement d'un club versus ses engagements financiers. À ce jour, le CF Montréal passe ce test haut la main. Et au-delà des résultats sportifs, constater qu'en dépit d'évoluer dans le 23e plus gros marché de la MLS le CF Montréal investit autant sur le terrain a de quoi rejouir. Si en plus il est démontré que le CF Montréal le dépense intelligement, alors il faudra que çà se dise. Ils n'ont pas toujours tort sur la rue Sherbrooke.